Végé, c’est bien mais…

Le végétarisme se développe partout dans le monde, parfois par soucis écologique ou de santé, mais surtout par rapport au respect de la vie animale.

En effet, la souffrance animale pour le plaisir des humains est partout. Parfois mise en scène publiquement sous couvert de culture (corridas, chasse, pêche, etc…), mais souvent caché pour ne pas se rendre compte que c’est bien les comportements, souvent inconscients, des achats que nous faisons toutes et tous qui permet cette exploitation et ces actes cruels.

Un abattoir est un lieu où des animaux sont tués pour le plaisir gustatif de certains et certaines, et de plus en plus de personnes refusent désormais d’y participer.

Et c’est tant mieux pour les animaux. Le végétarisme, c’est bien !

Un végétarien, une végétarienne est une personne qui ne consomme aucun produit d’animal mort : ni viande, ni poisson, ni crustacés ou « fruits » de mer, insectes. Cela implique aussi le fait de refuser certains complément alimentaire ou additifs, comme la gélatine (dans la plupart des bonbons ou pâtisseries), la plupart des fromages non liquides à cause de la présure…

Mais, car il y a un « mais » (comme trop souvent)…

L’industrie agroalimentaire provoque une souffrance incalculable à des animaux en les laissant dans des conditions d’existence que nulle personne ne pourrait souhaiter :

La production de lait est une aberration éthique : Que ce soit dans les élevages industriels ou ceux sous l’appellation « biologique », doivent séparer le veau de sa mère pour pouvoir lui prendre son lait. Le veau est la plupart du temps tué… pour que son suc gastrique soit prélevé pour en faire de la présure (ferment pour le plupart des fromages).

La production d’œufs demandent des poules qui ne vivent pas très longtemps car elles doivent pondre sans cesse (une poule sauvage ne produit que quelques œufs par période de ponte et attend plusieurs semaines avant d’en refaire si les poussins ne sortent pas de la coquille). Pour faire une sélection dans les poussins et ne garder que les femelles, les mâles sont broyés vivant (parfois gazés, étouffés) car improductifs. Cela vaut tout aussi bien pour des œufs « biologiques ».

Le végétarisme doit être une étape pour stopper la souffrance animale, et c’est la seule manière de ne plus cautionner le sort abominable réservé aux animaux. Une cruauté banalisée par la publicité, les traditions, la « culture » et les mentalités fermées.

Soyons nombreux et nombreuses à dire « STOP », une alternative existe : Devenons VEGAN !

Être VEGAN, c’est refuser de cautionner l’exploitation animale et donc la souffrance que celle-ci implique. Ce n’est pas difficile d’être vegan, c’est un choix éthique qui se traduit en pratique par un mode de vie sans aucun produit d’origine animale : comme le végétarisme, mais en excluant aussi le lait et les produits laitiers, les œufs et les produits en contenant, le miel, les produits testés sur les animaux, le cuir, la laine, la soie, la fourrure… c’est aussi dire non aux spectacles avec animaux : corridas, cirques avec animaux, jeux avec des animaux, corridas, chasse, pêche, etc…

Vous voulez des infos pour passer le pas ?

Contactez-nous ici !

Les commentaires sont fermés.