Manifestation contre les épandages aériens de pesticides dans les Landes

La préfecture des Landes a choisi d’autoriser l’épandage aérien pour traiter le maïs.

(voir article dans Sud Ouest dont la photo ci-dessous est tirée en cliquant ici)

Le traitement aérien concernera, selon la préfecture, au maximum 8000 hectares. Les apiculteurs en doutent.

Un rassemblement a été organisé par les cinq associations/organisations ayant lancé la pétition : (2555 signataires à cette heure): Les Amis de la Terre 40, La SEPANSO 40, ATTAC Landes Côte Sud, Le Civam Bio 40 et Indecosa CGT 40.

Cette action d’information et de signature de la pétition avec distribution de tracts contre les épandages aériens a eu lieu au marché de PARENTIS (commune impactée) le JEUDI 26 JUILLET de 10 h à 12h30.

CLÉAH est venu aux cotés des militantes et militants présents pour dire NON aux épandages aériens de pesticides !

De nombreuses signatures de touristes ou de personnes vivant dans la région qui se sont senties concernées. Des journalistes (Sud Ouest et France Bleue) étaient présent pour relayer l’info ! La police est venue faire son tour sans soucis. Un temps agréable et de multiples discussions et des rencontres riches et intéressantes sauf avec le producteur de foie gras juste à coté de la table de signatures de pétitions qui regrettait la perte des élections par le front national et qui n’a pas hésité à appeler la police (sinon il s’occuperait lui-même de nous faire dégager : de ces propres mots !) car certains/certaines d’entre nous étaient trop près de son étale à souffrance !
Mis à part, ce sombre personnage, la manifestation s’est déroulée dans une très bonne ambiance générale devant la devanture d’une boutique dont la gérante est venue signer la pétition et prendre une affichette pour la mettre en bonne place à coté de sa caisse (cool !).
Plus d’une vingtaine de militantes et militants sont venues/venus pour exprimer leur opposition aux dérogations préfectorales d’épandages aériens de pesticides, pourtant interdit par la loi (article paru dans le journal Sud Ouest, le lendemain de la manifestation : ici !)

La pétition peut être encore signée sur le net (ici !)

Les commentaires sont fermés.